image defifillegars.jpg (17.9kB)




image olympes_de_gouges.gif (38.0kB)


Contexte, sens et enjeux
L'égalité des femmes et des hommes figure comme principe dans la charte des Nations Unies, les traités européens, des conventions internationales et la plupart des constitutions nationales. La participation égale des femmes et des hommes à tous les aspects de la société est, au travers de l'interprétation de ces textes, fondamentale pour la croissance durable et la démocratie. Elle est également un marqueur du niveau de maturité politique d'un pays.
Cependant, dans la pratique, de nombreuses discriminations politiques, économiques et sociales subsistent et cet objectif ambitieux est loin d'être devenu une réalité, malgré les avancées substantielles réalisées ces 50 dernières années , sous la houlette de l'Union Européenne.
Une partie du problème réside dans le fait que l'égalité est souvent perçue comme une lutte entre un groupe (ici les hommes) et un autre (ici les femmes) en vue d'octroyer plus de pouvoir et d'avantages à ce dernier. Le véritable défi est de faire prendre conscience que les deux sexes ont tout à gagner d'une société plus égale, qui repose sur la reconnaissance de la différence et qui tienne compte des besoins de l'individu et du groupe.


Enjeux pour les établissements - Eduscol : genre et pratiques scolaires : comment éduquer à l'égalité
On a cru longtemps que la mixité suffirait à réaliser l'égalité des sexes à l'école. En fait, la mixité est une condition nécessaire de l'égalité mais pas suffisante. Il ne faut pas négliger l'immense progrès qu'elle représente par rapport à une situation antérieure de ségrégation des sexes qui aboutissait sans doute à plus d'inégalités encore face aux savoirs. Mais tant qu'on laisse jouer les mécanismes spontanés dans la vie scolaire quotidienne, les rapports sociaux de sexe, tels qu'ils existent dans l'ensemble de la société, comme rapports de dominance du sexe masculin sur le sexe féminin, tendent à se perpétuer.
Par exemple, il a été observé que, les enseignant-e-s interrogent plus souvent et plus longtemps les garçons que les filles. Elles/ils tolèrent plus leurs interventions spontanées et les reprennent plus souvent, les gratifient de plus d'encouragements et aussi de plus de critiques. Les garçons en position scolaire haute reçoivent plus de remarques d'ordre cognitif, des questions plus complexes. Quand ils sont interrogés, ils ont plus de temps pour répondre (temps de latence). Par exemple, il a été observé que, les enseignant-e-s ont tendance à utiliser les filles en position scolaire haute pour rappeler les savoirs déjà appris dans la classe et les garçons dans les mêmes positions au moment où apparaît le savoir nouveau de la séance.
De même, les stéréotypes de sexe influencent aussi les représentations, les attentes et les jugements des enseignant-e-s, vis à vis des élèves de chaque sexe. Au niveau de l'évaluation, les corrections en aveugle, montrent que les mêmes copies, quand elles sont attribuées à des garçons, sont évaluées plus positivement, quand elles sont bonnes, et plus sévèrement, quand elles sont mauvaises. Ces différences de jugement peuvent être expliquées par le phénomène du double standard. Inconsciemment les enseignant/es jugent filles et garçons selon un " double standard ". Cela est vrai pour les performances mais aussi pour les comportements des élèves : l'indiscipline des garçons est tolérée, vue comme un comportement fâcheux mais inévitable, alors qu'elle est stigmatisée et rejetée parfois violemment chez les filles dont on attend la docilité. Le double standard joue aussi sur l'appréciation des capacités des élèves.

Voir vidéo : Rappel historique de l'évolution de l'égalité femmes-hommes, statistiques des résultats scolaires, discrimination dans l'insertion professionnelle et l'emploi et données sur les femmes victimes de violence . Ã?noncé des principales peurs suscitées par le travail sur l'égalité et les leviers possibles:



Enjeux pour mieux vivre ensemble au quotidien
Vivre ensemble dans un climat de bonne humeur, de respect mutuel et de convivialité ... c'est un ensemble de difficultés à gérer qui résultent de l'exercice de la vie au quotidien : partager les espaces, supporter les autres, accepter les différences, gérer les relations entre les personnes, sans omettre les difficultés à communiquer ( problème de langage) et à gérer les conflits petits ou grands. Travailler sur le vivre ensemble est un moyen de permettre, de compléter les apprentissages sociaux indispensables pour les jeunes filles et garçons ainsi que pour les adultes de la communauté éducative .
Le sexisme n'est pas l'apanage d'un seul sexe et par sexisme, entendons toute attitude de discrimination à l'égard de quelqu'un d'autre en raison de son sexe.
Sur les chemins parfois difficiles de l'affirmation de soi dans le « microcosme adolescent », être un garçon ou une fille aujourd'hui ne suppose-t-il pas de savoir et de pouvoir arbitrer entre une identité choisie, la soumission aux représentations dominantes, le risque d'exister « à contre culture », l'envie d'imposer sa loi ? Parler des différences dans l'enceinte de l'école, au contact des adultes et de ses pairs est une expérience nouvelle, dans laquelle l'expression de sa vérité est estompée par le poids des stéréotypes et des préjugés.
La différence est globalement perçue comme un risque qui ne s'expose pas facilement, une déviance par rapport aux codes (esthétiques, vestimentaires, sexuels). Sortir du commun, c'est s'exposer aux moqueries ; la difficulté à accepter la différence, comme la difficulté à rentrer dans le moule, peut mener à des conduites violentes, contre les autres ou contre soi-même. Le risque de se dévoiler « autre », trouve dans le dialogue organisé avec les adultes, une aide pour apprivoiser ses peurs.
A ce titre, les adolescents expriment une demande de plus grande solidarité, de respect et de prévention.« Les jeunes ne veulent pas un nouveau règlement, ils veulent des rencontres, de la création, et du dialogue ». Ils-elles disent vouloir mieux se connaître, apprendre à comprendre et apprendre à être. Explicitement, les adolescents demandent de l'échange, du débat, dans l'enceinte de l'école pour apprivoiser la différence dans un cadre libéré de préjugés. Cf le projet du réseau national « ambiance et qualité des relations dans l'établissement , 21 régions impliquées. D'autre part, la différence de vécu parfois ressentie entre l'éducation reçue à l'école et l'éducation reçue dans le cercle familial est souvent citée comme facteur déterminant des attitudes de respect ou de déni de la liberté d'affirmer sa différence. De nombreux adolescents attendent de l'école, outre sa fonction naturelle de brassage des identités, d'être le lieu effectif et dépassionné de discussion sur la connaissance et le respect de l'autre.


Enjeux au moment de l'orientation
L'égalité des chances entre les filles et les garçons se cristallise aux moments de l'orientation. Comment faire évoluer les représentations des métiers aux yeux des élèves, comment les amener à les revoir afin qu'ils choisissent un métier pour lui-même et sa nature , les compétences qu'il requiert, les activités qui sont à effectuer, et non pas parce qu'il a telle image aux yeux de la société ? L'enjeu est bien de choisir sa filière, son métier en fonction de ses goûts et de ses compétences et non en fonction de son sexe.
L'orientation sexuée persiste au sein du système éducatif et au-delà, malgré les disparités de réussite à l'école en faveur des filles. Par exemple, suite au programme d'expérimentation soutenu par le fonds expérimentation pour la jeunesse, il apparaît que seule une action systémique, inscrite dans la durée, pourra produire des effets à la hauteur des enjeux. Celle ci doit reposer entre autres sur des mises en situation concrètes, des rencontres avec des rôles /modèles féminins en visant particulièrement à renforcer chez les filles, les attitudes d'affirmation de soi. L'objectif est de lever toutes formes d'autocensure liées au sexe en impliquant le plus tôt possible l'ensemble de la communauté éducative : élèves, parents et établissements scolaires.
Accroître la mixité des métiers, c'est agir pour permettre aux femmes d'accéder à plus de métiers, de disposer des mêmes horizons professionnels que les hommes. En effet, les femmes hésitent parfois à s'engager dans une voie à dominante masculine par peur de ne pas être à la hauteur. C'est agir pour permettre aux femmes d'accéder à des métiers mieux qualifiés et mieux rémunérés; c'est, en corollaire, créer des conditions favorables à une progression du taux d'emploi des femmes.
Accroître la mixité des métiers, c'est aussi permettre aux hommes d'assumer leurs aspirations en choisissant des voies sur lesquels ils s'interdisent aujourd'hui d'aller. En effet les hommes peuvent se dissuader d'envisager une formation ou profession perçue comme «féminine » par peur de subir une «double disqualification: sociale et identitaire». C'est leur ouvrir des secteurs professionnels qui recrutent et qui jouent un rôle d'insertion professionnelle, luttant ainsi contre les effets du chômage.

Voir la vidéo qui présente de façon très simple les différentes étapes historiques de l'évolution du droit des femmes


Enjeux préalable : déconstruction des stéréotypes
Le stéréotype, c'est une opinion toute faite, une représentation figée, caricaturale, concernant un groupe social. Les stéréotypes de sexe, ce sont ces croyances caricaturales concernant les groupes féminins et masculins, qui contribuent à dévaloriser le groupe féminin et à valoriser le groupe masculin, conformément à l'ordre social inégal des sexes. Le plus souvent ces processus sont inaperçus - les psychologues parlent de " cognition sociale implicite ". La psychologie sociale a montré que ces stéréotypes, qui nous ont été inculqués dès la petite enfance, agissent sur nous et déterminent nos attentes, nos jugements et nos conduites. Ceci est vrai en particulier par rapport aux enfants et aux élèves. L''histoire des stéréotypes de genre qui ont conduit aux inégalités entre les hommes et les femmes est longue et complexe ; il est reconnu que la législation, bien qu'essentielle, et les actions positives ne permettent pas nécessairement, à elles seules, de réaliser l'égalité de fait entre les sexes. L'instauration d'une société inclusive passe par un effort conscient de la part de la société pour changer les attitudes et accepter les différences.
L''éducation joue un rôle central dans ce processus. Les enseignant-s et les autres membres de l'équipe éducative devraient pouvoir méditer sur leurs propres convictions, attitudes et comportements et comprendre les conséquences d'une catégorisation stéréotypée des élèves selon le sexe. Les cultures scolaires ne changent pas du jour au lendemain et il faut du temps pour convaincre les enseignants que l'étude des questions de genre ne représente pas pour eux une charge de travail supplémentaire alors qu'ils ont déjà beaucoup à faire. Il est, en outre, essentiel que les établissements scolaires rattachent ces questions à d'autres sujets importants comme le bien-être ou la diversité culturelle.
Les stéréotypes de genre peuvent non seulement restreindre le développement personnel et social des femmes et des hommes mais aussi limiter le progrès économique d'un pays, les employeurs n'ayant pas accès à tous les talents potentiels disponibles.


Différentes conceptions
L'expression « construction sociale », qui s'applique notamment au genre, émerge en sciences humaines dans les années 1960 dans le cadre de l'opposition à l'essentialisme Il s'agit de mettre en évidence la manière dont les acteurs sociaux, à travers leurs discours et leurs actions, construisent la réalité sociale. Le genre et la « race » sont deux exemples de constructions sociales. Ce sont des catégories qui paraissent incontournables, inévitables, déterminées par la nature; mais les chercheur·es en sciences humaines montrent comment, à partir de différences constatées de manière plus ou moins objective (apparence, comportementâ?¦), les acteurs sociaux associent à ces différences des caractéristiques et des valeurs qui ne sont pas « naturelles » mais sociales. Ainsi, à la division de l'humanité en deux catégories sexuelles apparemment binaires, « femelles » et « mâles », se sont ajoutées des divisions ayant à voir avec le comportement, les rôles sociaux, l'habillement, etc. qui sont de nature sociale. C'est cela qu'on appelle le genre. Autrement dit, « on ne naît pas femme, on le devient », par soi même, par le regard des autres et par les habitudes sociétales ....
L'intégration de la dimension de genre est un instrument permettant de mieux comprendre les causes des inégalités entre les femmes et les hommes dans nos sociétés et de suggérer des stratégies appropriées pour y remédier.

Cette vidéo propose de s'interroger sur le pourquoi il est important de continuer à travailler sur l'égalité des sexes ! :


Le petit lexique du genre : essentialisme, constructionisme et la socialisation du genre

Ce tableau propose de lire la conception du genre selon 3 modèles "traditionnel", "moderne productiviste" et "durable émergent" Le genre et le rapport au monde

Travailler sur l'égalité entre les femmes et les hommes : les deux approches : "l'approche centrée sur la femme" et "l'approche axée sur le genre et centrée sur la personne" : Les 2 approches


Textes de loi relatifs à la question
France
- 2013-2018 : : national : Convention interministérielle égalité filles-garçons dans le système éducatif Consulter (Sur le site Faire une recherche avec les mots convention inter-ministérielle égalité) Les grands objectifs de la convention sont : Acquérir et transmettre une culture de l'égalité entre les sexes, renforcer l'éducation au respect mutuel et à l'égalité entre les filles et les garçons, les femmes et les hommes et s'engager pour une plus grande mixité des filières de formation et à tous les niveaux d'étude . Consulter
- 2015-2017 : : feuille de route égalité hommes -femmes du MAAF: Lire (0.2MB) : Améliorer l'orientation scolaire et professionnelle des filles et des garçons et veiller à l'adaptation de l'offre de formation initiale aux perspectives d'emploi, promouvoir une éducation fondée sur le respect mutuel des deux sexes et renforcer les outils de promotion de l'égalité et la formation des acteurs. Lire (0.2MB)
- 2000 : première convention interministérielle Consulter .

Europe
- 2016 : égalité entre les femmes et les hommes commission européenne : nombreux documents à disposition â?? en anglais- faire une recherche avec les mots clefs « gender equity » : 2016 : égalité entre les femmes et les hommes commission européenne
- Charte européenne pour l'égalité des hommes et des femmes dans la vie locale : charte invitant les collectivités territoriales à utiliser leurs pouvoirs et leurs partenariats en faveur d'une plus grande égalité pour toutes et tous Charte européenne pour l'égalité des hommes et des femmes dans la vie locale (0.4MB)


Base documentaire sur ce sujet
- Charte européenne pour l'égalité des hommes et des femmes dans la vie locale Ici
- EDUSCOL : Genre et pratiques scolaires : comment éduquer à l'égalité ? : Voir le site
- Agrandir , un autre regard sur les centres de loisirs N°6 de la lettre des directeurs de centre de loisirs Francas Voir le site
- Note de service de lancement du concours national « lutte contre les violences sexistes en milieu rural ce projet avait pour ambition de recueillir et de faire entendre la parole des apprenants (es) sur cette question, de faire prendre conscience de la gravité du phénomène afin que chaque membre de la communauté éducative devienne acteur(trice) de prévention et aide au changement des mentalités en dépassant les préjugés et les clichés Ici
- Forum adolescences 2010 : Filles, garçons : 10 clés pour mieux vivre ensemble Voir ici
â?? Agir pour une orientation non sexiste â?? jeunesse, études et synthèse â?? observatoire de la jeunesse FEJ Voir le site
- Lutter contre les stéréotypes de genre dans et par l â??éducation - Rapport de la 2e Conférence du Conseil de l'Europe du réseau des points de contact nationaux sur l'égalité entre les femmes et les hommes Voir le site


Pour aller plus loin :
Intégrer l'égalité femmes hommes dans mon projet
- Guide EQUAL de l'intégration de la dimension de genre : incontournable malgré les années : ce guide explique en termes simples ce qu'est l'intégration de la dimension de genre, et les avantages qu'on peut en attendre. Il montre aussi clairement que l'intégration de la dimension de genre est un processus Ici
- Les points de vigilance pour intégrer la dimension d'égalité de genre dans un projet â?? Ce tableau est extrait du 4 pages « de l'égalité filles-garçons à l'éducation au genre du réseau national insertion-égalité (MAAF) Ici
- Référentiel pour les formateurs et formatrices en genre et développement - 2015 : ce référentiel propose un socle commun de principes, d'engagements et de compétent ces à l 'usage des formatrices et formateurs en genre et développement . Son but est de guider la pratique des formation s dans ce domaine. Il se veut évolutif et ouvert aux enrichissements ultérieurs apportés par les réflexions et l es pratiques des acteurs et actrices concernées . Ce référentiel est principalement issu d e l 'expertise et des travaux d 'acteurs francophones du genre Ici
- Guide repère pour intégrer l'égalité femmes-hommes dans mon projet Ici

Thème du vivre ensemble
- Violences faites aux femmes : une chronologie en dix dates avec Benoîte Groulth Ici
- Questions pour initier un débat sur le vivre ensemble dans l'établissement Ici

Thème de l'orientation
- Projet FILAGRI : accompagner les jeunes filles minoritaires dans leur formation professionnelle agricole (moins de 30%) dans quelques moments décisifs de leur parcours (scolaire ou apprentissage) depuis l'accueil dans l'établissement jusqu'au premier emploi" Ici
- Projet TOI et GAIA : sur le thème de l'orientation et l'accompagnement de l'apprenant-e. Ces deux projets ( européen et français ) proposent une approche transversale de la thématique égalité des chances (apprenant-es en situation de handicap et égalité filles-garçons) Ici
- EDUSCOL: informer et accompagner les professionnels de l'éducation : Des exemples d'initiatives en académie autour de l'égalité entre les filles et les garçons Ici

Thème de la déconstruction des stéréotypes
- Les champs s'animent contre l'exclusion (DVD) : Dans ce DVD est abordé le thème de l'exclusion. L'exclusion d'autrui liée à l'addiction, au racisme, au sexisme, au handicap. L'ambition à travers ces films d'animation est de proposer au spectateur un regard réflexif : chacun devrait pouvoir s'y projeter au delà de l'écran pour réfléchir à sa propre vision des différences. Afin de susciter cette participation active du spectateur nous avons fait usage d'un langage métaphorique, déplaçant ou détournant le propos de son son texte habituel Ici
- Vademecum observation du genre ROERG : Les stéréotypes c'est pas moi, c'est les autres 2013. Ce document doit permettre à chacun et chacune de prendre conscience des stéréotypes, les débusquer et contribuer à limiter leurs effets. Il est l'aboutissement des travaux des ateliers réunis par le Laboratoire de l'égalité en 2013, qui ont mené une réflexion sur les inégalités et les stéréotypes dans l'éducation, au travail et dans les médias : www.laboratoiredelegalite.org - Ici
- Stéréotype toi même (BD) : « Stéréotype toi-même » : c'est le titre d'une bande dessinée réalisée par les dessinateurs Fred Jannin & Catheline à partir d'une étude de 2006 sur les stéréotypes sexistes véhiculés par les médias auprès des jeunes du ministère de la Communauté française de Belgique. Le but est de faire prendre conscience des nombreux stéréotypes sur les filles et les garçons véhiculés par les médias. L'idée est aussi de développer le sens critique des jeunes face aux médias qui nous entourent et parfois, nous submergent Ici
- L'égalité est dans le pré (BD) : Cette BD est issue d'un concours national lancé par le réseau national insertion-égalité du MAAF . Il a eu pour but de fédérer les établissements de formations agricoles dans la création d'un outil pédagogique traitant de l'égalité des chances entre les femmes et les hommes en milieu rural, de la première guerre mondiale à nos jours. 33 établissements et 400 élèves ont participé à la réalisation de 168 planches. BD - l'égalité est dans le pré

Quelques dates de l'égalité
- Les femmes quelle chronologie ? de Anne Marie Lelorrain inspectrice histoire géographie de l'enseignement agricole : Les grandes marches vers l'égalité (9.3kB) Voir frise chronologique
- Carte blanche à Laure Adler : Les femmes à la conquête de leurs droits en agriculture. En prenant appui sur trois films de la Cinémathèque du ministère de l'Agriculture - Jeunes filles (1952) et Lili (1975) de Armand Chartier, L'histoire Biscar (1991) de Jean-Louis Léone - et sur un vibrant portrait de femme, Laurence, femme de paysan, produit par le CRDP du Limousin et réalisé par Christophe Gatineau, l'historienne et femme de lettres Laure Adler nous propose « sa » lecture du rôle joué par les femmes dans l'évolution du monde rural. Carte blanche à Laure Adler
- Le ministère de l'agriculture, de l'agroalimentaire et de la forêt s'engage pour l'égalité femmes-hommes : Voir sur le site

Sur les 3 thèmes
-Tous les projets du réseau national insertion-égalité sur le thème égalité entre les filles et les garçons - La thématique y est traitée soit de façon spécifique soit de façon transversale (gender mainstreaming) Voir sur le site


Et encore plus loin
- Les ados et le cybersexisme. (académie de Paris, février 2017)
- Hommes femmes, un mode d'emploi vu par les jeunes
- Haut les femmes!

- Les champs s'animent contre l'exclusion (DVD)
- Les stéréotypes c'est pas moi, c'est les autres 2013
- Les femmes à la conquête de leurs droits en agriculture
-Tous les projets du réseau national insertion-égalité sur le thème égalité entre les filles et les garçons - La thématique de l'égalité entre les filles et les garçons y est traitée soit de façon spécifique soit de façon transversale : (gender mainstreaming)


Ressources et outils pédagogiques
- Quiz "Egalité entre les filles et les garçons" : le jeu mis à jour en 2017. Cet outil permet d'animer une séquence pédagogique sur le thème de l'égalité des chances entre les filles et les garçons. Il propose un quiz avec SIX entrées possibles :
  • Histoire : Quiz Voir le quiz Réponses aux questions : Voir réponses Feuille de comptage des points pour jeu en équipes : Ici
  • Formation, insertion professionnelle et métiers : Quiz Voir le quiz Réponses aux questions : Voir réponses Feuille de comptage des points pour jeu en équipes : Ici
  • Société/la famille : Quiz Voir le quiz Réponses aux questions : Voir réponses Feuille de comptage des points pour jeu en équipes : Ici
  • Stéréotypes : Série de questions/ débats qui interrogent la façon dont nous sommes souvent prisonniers de stéréotypes. Entrée "questions pour débattre : parfois surprenantes, voire farfelues et provoquantes, elles ont pour objectif d'initier des réactions chez les jeunes. Ces questions sont issues, soit de réflexions entendues dans les établissements en provenances d'élèves, de formateurs-trices ou de parents, soit de responsables d'entreprise. Quiz : Voir le quiz
  • Quiz de 3 étudiant-es (2 filles et 1 garçon) en BTSA Aménagement paysager au lycée agricole de Fonlabour d'ALBI sur le thème : « le jeu reflète-t-il une société sexiste ? » Quiz Voir le quiz Réponses : Voir réponses
  • Quiz des questions régionales. Les réponses aux questions sont à trouver soit par les animateurs ou animatrices des séances (dans ce cas, utilisation similaire au Quizz), soit par les apprenant-es eux mêmes dans le cadre d'un travail de groupe ou individuel. Quiz : Voir le quiz

- Sensibilisation à l'égalité et aux stéréotypes - ouvrir le débat sur les stéréotypes. Il est ni évident, ni facile d'organiser un débat sur un thème sensible comme les stéréotypes de sexe et/ou la discrimination de sexe, dans la mesure où ce thème interroge la manière dont chaque participant-e se sent homme ou femme et réalise ses rapports avec l'autre (sexe). Il est essentiel d'imaginer des introductions ludiques souples, de proposer des outils de lecture faciles à utiliser et d'éviter ainsi de mettre les participant-es en difficulté. Les objectifs du débat : Prendre conscience des différentes représentations exprimées dans un groupe pour ouvrir une confrontation sur le thème des stéréotypes et / ou des discriminations de sexe ; sensibiliser aux mécanismes des stéréotypes de sexe. Sont présentés sur le site suivant deux façons d'animer le débat : "le jeu des verbes" et la grille des liaisons Voir le site

- Milan (2012). Distribution de cartes personnages : une élève fille, une conseillère d'éducation,un élève, garçon,un juriste. Chaque personnage conduit les élèves à devoir exprimer un point de vue qui interroge de multiples façons l'égalité garçons/filles, à l'école, puis l'égalité hommes/femmes dans la société pour faire émerger une prise de conscience, un questionnement, une attitude réflexive : au final, une pensée juste, et respectueuse des droits de chacun. Ce débat a pour objet de préparer les élèves à l'exercice du respect. Ce n'est pas vraiment un débat polémique, mais un thème autour duquel l'élève va être amené à exprimer son point de vue propre, à interroger le poids de l'éducation, des partis pris ou des privilèges, à échanger des avis, des opinions.Tout un processus au cours d'une séance qui précède celle du débat. : Les élèves s'approprient tout d'abord l'identité de leur personnage. Le groupe échange sur les caractéristiques de celui-ci, la thèse et les idées qu'il défend. Les connaissances et le lexique propres au débat sont rappelés. Les mots clefs sont remis en mémoire. Lors d'un échange collectif chaque groupe présente son personnage à la classe. Trouver en groupe 4 arguments pour donner raison à votre personnage. Ã?crire ces arguments sur la carte. possibilité d'utiliser les cartes jokers Ici

- Bande dessinée : l'égalité est dans le pré. Des idées toutes faites: "Chérie quand tu auras fini la vaisselle, tu viendras voir l'article de ce fameux sociologue ..; je ne prends que des stagiaires garçons ; pour la contraception, c'est à la femme d'y penser, pas à l'homme ; c'est trop dur pour une fille ; ma femme s'occupe des enfants et des chambres d'hôtes, ça suffit ?non ?". Egalité des chances mais qu'est- ce que cela veut dire ? Productions d'élèves - Le point de vue des apprenant-es de l'enseignement agricole. Voir le site

- Album de romans photos « choix des filières et des métiers ». Le concours national « choix des filières et des métiers » : quelle égalité des chances entre les filles et les garçons ? » a initié une réflexion et des actions sur le thème de l'orientation, afin de rendre visible l'accompagnement proposé tout au long du parcours des filles et des garçons. Accompagnement qui doit leur permettre de faire un choix en fonction de leurs goûts de leurs compétences et non en fonction de leur sexe. Accéder aux productions des jeunes : Ici

- Courts métrages et affiches « lutte contre les violences sexistes en milieu rural ». Le concours national « lutte contre les violences sexistes en milieu rural » a permis aux jeunes d'aborder le problème des violences sexistes de façon très différentes : violences physiques ou verbales : violence dans le couple, entre jeunes, en établissements scolaires et dans le monde rural. Accéder aux productions des jeunes : 10 vidéos et 15 affiches sur 73 ont été sélectionnées. Ici

- Sélection courts métrages « faisons campagne à la campagne » : « égalité filles-garçons ou en est-on ? ». La manifestation cinématographique "filles-garçons" ou en est-on ?" s'est 'inscrit dans le programme européen (FSE) . Elle résulte du choix des lycéennes des établissements agricoles su Pas de Calais, site de Radinghem et de Saint Germain en Laye. Il est toujours possible aujourd'hui de se procurer les films à l'agence du court métrage à Paris. Voir avec eux les conditions financières. Ici

- Une étude sur les stéréotypes sexistes véhiculés par les médias auprès des jeunes « Les jeunes face au sexisme dans les médias ». D'après cette étude, de nombreux stéréotypes ont la vie dure dans les médias : Filles fragiles / Hommes virils ? Sois belle et tais-toi toujours d'actualité ? « Fais-la rire » â?¦ et le tour est joué ? ; Hommes sportifs / Filles qui dansent ; Pour les filles : le ménage ! Aux garçons â?¦ la conception ! ; Pour les filles : les produits allégés ! Pour les garçons : les chips ! «Stéréotype toi-même », c'est l'image de chacun-e de nous face à nos écrans : ce qu'on y voit nous enferme dans les stéréotypes ! Par le le biais des dessins de Fred Jannin & Catheline, la Communauté française et la Direction de l'Egalité des Chances veulent faire prendre conscience à tous,jeunes et moins jeunes, à quel point il est important de développer son sens critique face aux médias qui nous entourent et parfois, nous submergent. Ici


Et pour apprendre à déconstruire nos stéréotypes .. il faut apprendre à bien se connaitre soi-même et à communiquer !...
- Travail sur l'estime de soi. Sous la forme d'un Sac ADOS à l'attention des personnels éducatifs, travailleurs sociaux et animateurs. Ces mallettes contiennent un ensemble de moyens pédagogiques pour apprendre à : se connaître soi-même et s'apprécier ; identifier et gérer ses propres émotions ; écouter l'autre, le connaître, accepter les différences ; découvrir les émotions et les sentiments de l'autre, le respecter ; expérimenter différentes possibilités de résolution des conflits ; prévenir les violences. Les élèves découvrent ces apprentissages par des méthodes ludiques et interactives, qui favorisent l'expression et l'écoute. Les livrets de l'animateur contiennent les indications pour utiliser exercices et outils : thèmes de discussion, tests, jeux, cartes et photos... Ici

- Le bâton de parole inspiré de la tradition amérindienne. Déroulement : « Il signifie que celui qui le prend à quelque chose à dire et qu'il demande écoute, attention et respect. Il confirme que la personne ne sera pas interrompue. Il invite à préparer son intervention, à faire un effort de conscientisation, de clarification. Il n'autorise pas à parler sur l'autre. Il m'autorise seulement à parler de moi dans le registre du témoignage d'une idée, d'un ressenti, d'un fait, d'un sentiment, d'une croyanceâ?¦ » (Jacques Salomé) Conditions : Le groupe de participants forme un cercle. Une première personne,bâton en main, prend la parole. Lorsqu'elle pense avoir terminé,elle le passe à son voisin de gauche. Celui-ci peut décider de l'utiliser ou de garder le silence, il passera alors à son tour le bâton à son voisin de gauche. Il n'y a pas d'évaluation ni de jugement de l'animateur. Personne ne critique ni ne se moque.â?¨Tout ce qui est dit dans le cercle reste dans le cercle.La personne parle à la première personne.

- Apprendre à communiquer. La communication est le seul antidote non violent à la violence (Jacques Salomé). Nous le savons aujourd'hui, ni les systèmes familiaux actuels ni le système scolaire dominant ne nous préparent à communiquer(c'est à dire à mettre en commun) ou encore à établir des liens structurants et à vivre des relations vivantes (permettant de se sentir relier à des êtres significatifs qui seront des référents). Un enseignement réel, vivant, concret pour un apprentissage des relations humaines pourrait être intégré aux programmes de tous les cursus scolaires, comme une matière à temps plein au même titre que le français, l'anglais, les mathématiques, la biologie,l'histoire ou la géographie.Ce n'est pas le cas. Pouvoir se dire, être entendu, être reconnu,être valorisé ..oser se positionner, s'affirmer, se confronter à autrui. Avec parfois,la difficulté d'avoir à supporter des paroles toxiques, des comportements dévalorisants, des conduites menaçantes ou trop culpabilisantes de la part de notre entourage proche.

Méthode ESPERE : Ici
E comme Energie
S comme Spécifique
P comme Pour une
E comme Ecologie
R comme Relationnelle
E comme Essentielle(ou à l'Ecole)


Les partenaires possibles
- L'association Adéquations .
- Genre en action
- Aster international
- Observatoires du genre dans le monde
- Institut Emilie du Chatelet
- Centre Hubertine Auclert


Lien vers des témoignages
image defiegalitedeschances.png (5.3kB)
- Le jeu "Jeu suis moi-même" Albi- 3 étudiant-es de BTS du lycée Agricole Fonlabour d'Albi ont choisi de travailler sur la question : Le jeu reflète-t-il une société sexiste ? Ce jeu est un jeu de société. Il est représentatif des normes dans lesquelles nous sommes conditionnés selon notre genre. Les joueurs démarrent le jeu en étant associés à des objets dits soit de fille soit dits de garçon . Le but du jeu est de recréer sa propre personnalité afin d'être en, mesure d'affirmer : voir le "Quiz égalité est dans le pré 5/6" dans l'onglet thématique, défi égalité filles-garçons.
- Bretagne : dans le cadre du BPREA, le centre de formation de Quintenic et le CFPPA de Kernilien Guingamp ont proposé : Voir la fiche

- Aquitaine : Legta de Montardon : Voir le fichier
- TOI - Co-building a good guidance : " partenariat européen sur le thème de l'orientation, l'accompagnement du projet personnel et professionnel de l'apprenant-es avec en approche transversale "l'égalité filles-garçons" et la prise en compte du handicap

  • EPL Terres et paysages site de Niort : co-building a good guidance : Ici
  • EPL de Montmorillon : Ici
- Toutes les productions des élèves classées par métier : Ici et le site face book : Ici

- GAIA : Voir la plaquette
- Femme-Homme Homme -Femme : à part égale - "promouvoir l'égalité femmes- hommes en agriculture et en milieu rural" Direction de l'agriculture et du développement rural : projet collectif des enseignant-es d'éducation socio culturelle des lycées agricoles de Rhones Alpes regroupant en tout 13 établissements et 230 élèves. L'objectif était de traiter la question de l'égalité femme/homme par le versant artistique.
- FILAGRI :
- LEGTA le Robillard :Voir la fiche - Maison familiale de Blangy le Chateau : Voir la fiche
- Actions des établissements agricoles de PACA pour la journée mondiale de la femme rurale : Voir la fiche et Voir la fiche

- Toute première action qui croisait la thématique de l'égalité filles garçons et l'action culturelle dans l'enseignement agricole c'était .. en 2003 ... au LEGTA de Melle ( 79) : Voir la fiche





Haut de page