image changement_clim.jpg (17.7kB)




Changement climatique et citoyenneté

image IMG_0067.jpg (89.2kB)
Il était reconnu jusqu'à il y a très peu que les changements climatiques s'expliquent à l'échelle des temps géologiques. Mais depuis la Révolution industrielle, l'influence des activités humaines, est reconnue comme y participant également. Une nouvelle « ère » s'ouvrirait : l'anthropocène.
Le terme d'anthropocène a été forgé par deux scientifiques (Crutzen et Stoermer) en 2000. Pour l'humanité, y entrer, c'est se situer dans une nouvelle ère géologique marquée par les effets systémiques, globaux et irréversibles des actions humaines sur la nature.


L'anthropocène est d'abord une manière de qualifier les responsabilités qui incombent désormais aux êtres humains vis-à-vis de la nature et des générations à venir, et la modification des comportements individuels et collectifs que cela implique.

Penser et agir dans l'anthropocène, c'est habiter différemment la Terre.
Si les chercheurs reconnaissent l'impact des activités humaines sur le climat, son intensité fait encore débat.


Deux conceptions de l'anthropocène

Dans une première conception, la géoscience peut permettre de faire face. Il suffit alors de déployer de nouvelles technologies pour compenser les dommages causés, par exemple en termes de biodiversité.
Dans une seconde conception, il faut envisager bien davantage un changement dans la manière de considérer notre rapport à la nature ; il faut travailler AVEC la nature et non plus chercher de nouvelles voies pour son instrumentalisation.

En termes d'éducation, se préparer à faire face au changement climatique revient, entre autre, à construire avec les apprenants les outils d'anthropocène (deux grandes conceptions s'opposent) et d'adaptation/atténuation pour les mobiliser dans des situations localisées.


Comment réagir au changement climatique ?

Deux grandes façons d'agir peuvent être envisagées : atténuation & adaptation
- Les actions d'atténuation contribuent à la réduction des émissions de gaz à effet de serre d'un secteur (baisse de la fertilisation azotée, utilisation efficace des agro-équipements, optimisation de la gestion des déjections animales, etc.).
- Les actions d'adaptation consistent quant à elles à modérer les conséquences préjudiciables des changements climatiques actuels et à venir, ainsi qu'à saisir les opportunités éventuelles.

Pour des questions économiques, sociales et environnementales, il est donc crucial de travailler simultanément sur ces deux volets étroitement liés, de rechercher les synergies et d'éviter les antagonismes potentiels. En effet, il serait contre-productif de mettre en oeuvre une action d'adaptation qui provoque une augmentation des émissions de gaz à effet de serre, accentuant ainsi les changements climatiques." (Réseau Action Climat, 2014)
Toutefois, ces deux voies pour agir ne se situent pas dans les mêmes conceptions de la durabilité.

En termes d'éducation, il est donc important de sensibiliser aux concepts d'adaptation/atténuation, d'anthropocène et de faire le lien avec la notion de durabilité faible ou forte. Par exemple la question de l'installation ou non d'un méthaniseur sur une exploitation est éducativement riche. Comment la question est-elle posée d'abord ? Va-t-on ou non interroger les raisons qui fondent l'action ? La perspective des durabilités faible/forte est-elle mise en lumière ? S'agit-il d'appliquer une solution technique efficiente ou de questionner aussi le système de production, les choix de conduite du troupeau,â?¦ ? On le voit, selon ces choix, les solutions envisagées seront différentes, tout autant que les apprentissages réalisés avec des apprenants.

Il est à ce titre important de signaler que depuis Kyoto (1997), il faut attendre la COP21 qui s'est tenue à Paris en 2015 pour qu'il soit fait référence à la nécessité d'inscrire l'éducation comme nécessaire pour faire face au changement climatique : pas de transition sans éducation, comme le rappelle les acteurs francophones de l'EDD lors de la COP22 à Marrakech en 2016. Lien vers l'article


Textes de référence relatifs à la question

Après le Protocole de Kyoto Ici (1997), le texte adopté en clôture de la COP21 de Paris Ici a été ratifié par plus de XX pays, dont la France le 12 décembre 2015. Il fait figure de texte de référence pour les mises en oeuvre et les négociations internationales à venir.
La loi française de 2016 sur la biodiversité : Lien vers le site


Base documentaire sur ce sujet
- Godard O. (2010). Cette ambiguë adaptation au changement climatique, Natures Sciences Sociétés, vol 18, n°3, p. 287-297: - Voir ce site .
- Revue //ESPRIT// (2015). Dossier "Habiter la terre autrement", n°420, décembre. .
- Réseau action climat France (2014). Adaptation de l'agriculture aux changements climatiques. Ici
- Vivien F.-D. (2009), Les modèles économiques de soutenabilité et le changement climatique, Regards croisés sur l'économie, n° 6, p. 75-83.


Ressources et outils pédagogiques

- Le site de CANOPE Amiens : EDD et changement climatique
- Le site du GRAINE Poitou Charentes
- Des ressources de REN pour alimenter le débat Voir l'outil
- Des outils pédagogiques tirés du site du RED Lien vers le site
- Bio-sphère : association basée dans le Var, propose des animations pédagogiques sur le développement durable, le changement climatique...dans toute la France. Lien vers le site
-Voir les outils débat : débat mouvant, cercle Samoan, joute orale


Haut de page